Stigmatisation
La stigmatisation est un sérieux désaccord social de caractéristiques ou croyances personnelles qui sont perçues comme allant à l'encontre des normes culturelles. Selon Erving Goffman, la stigmatisation d'un individu intervient lorsqu'il présente une variante relative par rapport aux modèles offerts par son proche environnement1.

Il existe trois formes de stigmatisation reconnues par Goffman2. La première, la présence de déformations externes, telles que les cicatrices et les manifestations physiques d'anorexie mentale, de lèpre, d'infirmités physiques ou handicap social, telle que l'obésité. La seconde, les déviations de traits personnels, incluant troubles mentaux, toxicomanie, alcoolisme et antécédents criminels. La troisième, les groupes ethniques et nationalités, ou religions perçus comme étant hors des normes sociales.

Les troubles mentaux, les infirmités physiques et maladies telles que la lèpre (ou herpès), le VIH/SIDA, l'illégitime, l'orientation sexuelle, l'identité de genre3, la couleur de la peau ou affiliation avec une nationalité spécifique, religion (ou manque de religion4), se proclamer être supérieur à une autre ethnie sont également des formes de stigmatisation sociale. Les enfants hyperactifs ou dits difficiles sont souvent stigmatisés. 5La perception ou attribution, qu'elle soit vraie ou fausse, d'une criminalité est une forte stigmatisation sociale.